Fermer

Bienvenue sur le site web de Moruroa e tatou

Ce site a pour objectifs : d'informer nos populations jeunes ou moins jeunes sur l'histoire du nucléaire dans notre pays, de rechercher la vérité et de rétablir la justice vis à vis de nos victimes des essais nucléaires français. Suite à plus de trente ans de silence et de mépris, face à la longue agonie des anciens travailleurs et à la contamination de notre peuple et de sa terre, nous ne pouvions rester les yeux fermés et rester passifs devant un danger impalpable, inodore et invisible lequel menace nos vies pour des milliers d'années encore. 

Combien d'entre nous, d'hier et d'aujourd'hui se sont posés des questions sur les conséquences de ces essais sans avoir de réponses fiables et sincères de la part de l'Etat français ? Nous avons le devoir de nous intéresser à cette douloureuse période, en mémoire de nos anciens travailleurs de Moruroa et Fangataufa et pour l'avenir de nos enfants.

Aujourd'hui, grâce à "moruroaetatou.pf", nos aînés, nos enfants et nous, avons enfin l'occasion de savoir et de comprendre

Jeunes "maohi"

 

Bienvenue
  • Narrow screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Mercredi, 23 Avr 2014
Escale du Peace Boat à Tahiti ce 6 février 2012 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Moruroa e tatou   
Samedi, 11 Février 2012 23:17

Publier sur votre site

peaceboat-2fevrier2012Le Peace Boat comme chaque année a fait escale à Tahiti. Ce fut l'occasion pour 11 hibakusha, victimes de Hiroshima ou Nagasaki, et pour les jeunes japonais qui les accompagnaient à bord du navire de venir à la rencontre des victimes polynésiennes des essais nucléaires français. Leur journée fut chargée en rencontres et émotions.

 

<p>Les 11 hibakusha du Peace Boat, des membres de Moruroa e tatou, le ministre de l’environnement, Jacky Bryant, et Pascal Erhel, de l’équipe du ministère, devant le monument de la mémoire des victimes des essais nucléaires, place du 2 juillet 1966 à Papeete. Au Japon, les « hibakusha » sont les survivants, victimes des bombardements atomiques d’Hiroshima et  de Nagasaki.</p>Les 11 hibakusha du Peace Boat Les jeunes du Peace Boat ont construit un « mikoshi » traditionnel fabriqué avec du bois récupéré après le tsunami de Fukushima. Au Japon, ces « mikoshi » sont portés dans les rues lors des fêtes de quartier. Le Peace Boat fait le tour du monde avec ce « mikoshi » en mémoire de Fukushima.Un mikoshi réalisé par les jeunes Au bord du lagon de Tahiti, quelques membres de Moruroa e tatou et les jeunes du Peace Boat portent ensemble le « mikoshi » de Fukushima.Le mikoshi porté par tout le monde Discours d’accueil des onze hibakusha d’Hiroshima et de Nagasaki par Roland Oldham, président de Moruroa e tatou. Son discours est traduit par Yuko Caroline Omura.Discours d’accueil par Roland Oldham
<p>Présentation de M. Kwak Kwihoon, Coréen. Il effectuait son service militaire obligatoire à Hiroshima lors du bombardement du 6 août 1945. La Corée était, à l’époque colonisée par le Japon et plusieurs milliers de Coréens avaient été envoyés à Hiroshima pour leur service militaire.</p>M. Kwak Kwihoon, coréen Jacky Bryant, ministre de l’environnement, fait un discours d’accueil traditionnel aux 11 hibakusha et à leurs accompagnateurs japonais, au nom du gouvernement de la Polynésie française.Jacky Bryant, ministre de l’environnement Matinée d’échange dans les locaux de l’Eglise Protestante Maohi entre les hibakusha et les anciens travailleurs de Moruroa.Echanges avec les membres A l’Ecole pastorale de l’Eglise Protestante Maohi, les étudiants pasteurs reçoivent les hibakusha. Pendant deux heures, alternent témoignages, échanges, questions et projets communs d’avenir.A l’école pastorale de l’Eglise Protestante
Ippo Nakahara, journaliste japonais décrit aux élèves pasteurs ce qu’il a vu à Fukushima lors de ses reportages. Il dénonce les mensonges du gouvernement japonais qui fait tout pour minimiser les conséquences de la contamination.Un journaliste raconte Fukushima Mme Shizuko Matsuzaka , hibakusha, était une écolière de 13 ans, le jour où la bombe détruisit Hiroshima. Elle raconte son histoire très émouvante, la maladie qui l’a frappée des années plus tard et son engagement pour témoigner contre les armes nucléaires.Hiroshima, elle avait treize ans

Le diaporama légendé :

1 – Les 11 hibakusha du Peace Boat, des membres de Moruroa e tatou, le ministre de l’environnement, Jacky Bryant, et Pascal Erhel, de l’équipe du ministère, devant le monument de la mémoire des victimes des essais nucléaires, place du 2 juillet 1966 à Papeete.

Au Japon, les « hibakusha » sont les survivants, victimes des bombardements atomiques d’Hiroshima et  de Nagasaki.

2 – Les jeunes du Peace Boat ont construit un « mikoshi » traditionnel fabriqué avec du bois récupéré après le tsunami de Fukushima. Au Japon, ces « mikoshi » sont portés dans les rues lors des fêtes de quartier. Le Peace Boat fait le tour du monde avec ce « mikoshi » en mémoire de Fukushima.

3 – Au bord du lagon de Tahiti, quelques membres de Moruroa e tatou et les jeunes du Peace Boat portent ensemble le « mikoshi » de Fukushima.

4 – Discours d’accueil des onze hibakusha d’Hiroshima et de Nagasaki par Roland Oldham, président de Moruroa e tatou. Son discours est traduit par Yuko Caroline Omura.

5 – Présentation de M. Kwak Kwihoon, Coréen. Il effectuait son service militaire obligatoire à Hiroshima lors du bombardement du 6 août 1945. La Corée était, à l’époque colonisée par le Japon et plusieurs milliers de Coréens avaient été envoyés à Hiroshima pour leur service militaire.

6 – Jacky Bryant, ministre de l’environnement, fait un discours d’accueil traditionnel aux 11 hibakusha et à leurs accompagnateurs japonais, au nom du gouvernement de la Polynésie française.

7 – Matinée d’échange dans les locaux de l’Eglise Protestante Maohi entre les hibakusha et les anciens travailleurs de Moruroa.

8 – A l’Ecole pastorale de l’Eglise Protestante Maohi, les étudiants pasteurs reçoivent les hibakusha. Pendant deux heures, alternent témoignages, échanges, questions et projets communs d’avenir.

9 – Ippo Nakahara, journaliste japonais décrit aux élèves pasteurs ce qu’il a vu à Fukushima lors de ses reportages. Il dénonce les mensonges du gouvernement japonais qui fait tout pour minimiser les conséquences de la contamination.

10 – Mme Shizuko Matsuzaka , hibakusha, était une écolière de 13 ans, le jour où la bombe détruisit Hiroshima. Elle raconte son histoire très émouvante, la maladie qui l’a frappée des années plus tard et son engagement pour témoigner contre les armes nucléaires.

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com

blog comments powered by Disqus
 

Les essais nucléaires en Polynésie

Nos dossiers

moruroa-e-tatou-coscen

bt_doss_pet_tureia

moruroa-e-tatou-justice

loi_morin

vos commentaires

Translate

Les actus par date

< Février 2012 >
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29        

Notre info-lettre

Comité d'indemnisation

Download   Website Design Company


Recommander notre site à des amis

Lancer les invitations

Suivez-nous

FacebookMySpaceTwitterDiggStumbleuponGoogle BookmarksLinkedinRSS Feed

Qui est en ligne ?

Nous avons 19 invités en ligne

Nos vidéos

khantry design

Où nous trouver ?